Théorie du complot : le délire du wayfairgate

Wayfair impliquée dans un trafic sexuel d’enfants, fausse nouvelle transformée en théorie du complot

Les fake news sont de fausses informations, cependant elles peuvent être propagées dans des buts différents. Certaines ont pour objectif de tromper le lecteur ou d’influencer son opinion sur un sujet particulier. D’autres sont fabriquées de toute pièce avec un titre accrocheur pour densifier le trafic et augmenter le nombre de visiteurs sur un site. Ces dernières années, le phénomène des fake news s’étend sur le Web aux dépens des internautes.

Les fake news ne constituent pas une simple mauvaise plaisanterie, loin de là. Derrière une fausse information qui circule sur le web et les réseaux sociaux, se cachent souvent des intérêts économiques, financiers ou politiques. Une fake news a pour but de manipuler l’opinion publique et de l’orienter dans la direction souhaitée par le manipulateur.

Cependant nous parlerons d’une fake news qui a secoué les réseaux sociaux en juillet 2020, la société de meubles en ligne Wayfair impliquée dans une opération de trafic sexuel d’enfants.

Wayfair, tout comme Amazon, a été accusée de trafic d’enfants sous prétexte de produits à des prix exorbitants sur son site Web. Certains produits douteux (comme les oreillers, les meubles…) et leurs prix étrangement élevés ont conduit Internet à proposer des théories du complot selon lesquelles le géant du commerce électronique pourrait être impliqué dans une activité illégale. La série d’allégations est intervenue après qu’un Redditor (utilisateur de Reddit) ait remarqué des divergences, comme des noms différents sur la description d’articles identiques, avec des produits vendus sur Wayfair. 

Divers messages ont allegué sur les reseaux sociaux disant que “les produits chers sur Wayfair sont des listes codées d’enfants disparus vendus dans le cadre d’un programme de traite des êtres humains”, “Wayfair a donc des fournisseurs tiers qui font du trafic sexuel humain sur leur site Web” et enfin “Il y a des articles comme des coussins, des armoires, etc.. au prix de 10 à 20 000 dollars et portant le nom de filles disparues.”

Les messages signalent les prix élevés d’articles tels que les oreillers et les commodes comme preuve que les produits sont secrètement des façades de trafic d’enfants. Les théoriciens notent en outre les noms de certains des commodes, qui seraient les mêmes enfants qui ont disparu au cours des dernières années. Des captures d’écran ont cependant fait surface, montrant le nom des armoires, noms de jeunes filles disparues.

Les armoires ont été nommées Neriah, Yaritza, Alyvia et Samiyah  que les utilisateurs des réseaux sociaux ont découvert comme étant les noms de filles disparues.

Les armoires hors de prix allaient de 12 699,99 $ à 14 499,99 $.

Certains utilisateurs affirment également que des activités similaires se produisent sur d’autres sites de commerce électronique comme Amazon, Etsy et Walmart. D’autres affirment que le scandale ne peut être suivi qu’en utilisant le moteur de recherche russe Yandex.

Comme l’écrit le journal “Le Monde” : “ces coïncidences isolées sont très peu significatives une fois rapportées aux quantités astronomiques étudiées : 460 000 signalements d’enfants disparus ont lieu chaque année aux Etats-Unis, et pas moins de 18 millions de produits commerciaux différents sont répertoriés sur Wayfair.”

Cette fausse nouvelle apparue en juillet 2020 figure cependant dans la liste des théories du complot ayant pour but d’augmenter le nombre de visites sur le site de Wayfair et de créer des tensions sur les réseaux sociaux tout en incitant les internautes à commander et acheter des articles du site.

OUFQIR Aya

Illustration : “Wayfair – Nicole Breanne-0911” by Altitude Summit is licensed under CC BY-NC 2.0

Source :

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/07/16/wayfairgate-comment-un-site-de-commerce-en-ligne-s-est-retrouve-accuse-d-organiser-un-reseau-pedocriminel_6046413_4355770.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *