La crise des sous-marins : histoire de la trahison australienne

Dès le début du XXe siècle, la France se voit intégrée dans des échanges internationaux et développe de nombreuses relations diplomatiques sous l’effet de la mondialisation. Toutefois, les désaccords demeurent inévitables. Le 15 septembre 2021, un conflit diplomatique entre la France et l’Australie, puis à moindre mesure les Etats-Unis et le Royaume-Uni, surgit sur la scène géopolitique internationale: la crise des sous-marins australiens. Dans cet article, nous explorerons les différentes facettes de ces discordes opposants des puissances mondiales, afin d’expliquer simplement leurs principaux enjeux. 

Tout d’abord, qu’est-ce que la crise des sous-marins australiens ?

La crise des sous-marins australiens est une crise diplomatique survenue le 15 septembre 2021 opposant , la France et l’Australie. En effet, les deux pays avaient conclu un contrat en 2016, “le contrat du siècle”,  prévoyant, pour une durée de 50 ans, la livraison à l’Australie par Naval Group  – un groupe français de construction de sous-marins de défense – de 12 sous-marins conventionnels à propulsion diesel-électrique, et ce, pour une somme de 35 milliards de dollars (dont 8 milliards pour l’Etat Français). Cependant, le 15 septembre 2021, l’Australie a annulé ce contrat, préférant bénéficier d’une alliance avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, face à la montée en puissance de la Chine.

Ensuite, pourquoi l’Australie a-t-elle mis fin au contrat avec la France ?

Les raisons de cette rupture seraient, d’après la presse australienne, avant tout liées à la hausse drastique du budget requis par Naval Group mais aussi à des retards sur le calendrier initialement décidé lors de la signature du contrat. De plus, l’Australie s’est tournée vers les Etats-Unis et le Royaume-Uni, voyant en cette alliance l’espoir de s’imposer dans la zone indo-pacifique face à la Chine qui tente d’étendre sa domination géopolitique sur la région: “c’est un changement de besoin.”, tels étaient les mots de Scott Morrison, premier ministre australien lors d’une allocution conjointe dans laquelle Joe Biden (Etats Unis), Scott Morrison (Australie) et Boris Johnson (Royaume Uni) ont tissé les premiers fils de cette alliance baptisée “AUKUS”, l’abréviation des trois pays anglo saxons (Australie/United Kingdom/United States).

Enfin, quelle est la réaction de la France ?

Face à cette rupture de contrat, la France dénonce une “trahison”,un  “coup dans le dos”. En effet, cette rupture menace la prospérité de l’industrie navale française, en particulier Naval Group, qui espère malgré tout conclure de nouveaux contrats avec l’Inde ou les Pays-Bas afin de s’assurer un relèvement rapide. Parmi les conséquences de cette crise diplomatique sur la France et plus particulièrement sur Naval Group. En effet, des centaines de travailleurs s’étaient investis dans le projet, depuis cinq ans, en France et en Australie. En France, les équipes étaient réparties sur six sites mais la majorité était basée à Cherbourg avec 500 collaborateurs. Philippe Emeriau, salarié et délégué central du syndicat Unsa-Naval Group affirme que malgré une perte de 10 à 15% de son chiffre d’affaires sur les années à venir, la compagnie parviendra tout de même à se relever économiquement. Du fait de la rupture du contrat, ce sont 3000 à 4000 employés qui se retrouvent démunis, et d’autres, expatriés dans la filiale australienne, ont un avenir incertain. 

Cependant, la France est loin d’être indifférente face à la décision australienne: Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, affirme que la France devra demander des “clarifications” à l’Australie. De même, Florence Parly, ministre des Armées, a déclaré que la France devra “étudier toutes les voies possibles” avant d’abandonner totalement le contrat franco-australien, d’autant plus que les Etats-Unis soulignent l’existence d’une bonne relation franco-américaine, qui pourra mener à une étroite coopération sur des priorités communes sur la zone indo-pacifique.

Ce qu’il faut en retenir… 

Pour conclure cet article, la décision de l’Australie traduit sa volonté de s’imposer sur la zone indo-pacifique et, ainsi, de faire face à la puissance chinoise sur le plan technologique et géopolitique, le tout en entravant le fleurissement de l’industrie navale française. 

D’autres questions à se poser pourraient nous amener à étudier ce sujet avec plus de profondeur: Quel sera l’avenir des relations franco-américaines après ce désaccord ? Quels seront les effets sur Group Naval ? Ou encore, comment l’Australie s’imposera-t-elle sur la zone indo-pacifique en tant que puissance technologique ? 

Texte et illustration: Lina Zdi

Sources: 

https://www.midilibre.fr/2021/09/17/contrat-du-siecle-histoire-dun-torpillage-en-regle-9794786.php

https://www.youtube.com/watch?v=cOSBcqm0ob4

https://www.youtube.com/watch?v=K6vlM4C-gYY

https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_des_sous-marins_australiens

https://unsplash.com/s/photos/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *